vachier_.jpgD’habitude, ceux qui ont la malchance de me connaissent vous le diront, je ne suis qu'amabilité, délicatesse, un petit colibri virevoltant dans le brouillard existentiel. Mais les turpitudes quotidiennes me submergent et ma carapace de clown s’effrite comme un morceau de teushi. Pourtant, je n’ai aucun souci de santé, enfin pas de problèmes majeurs en tous cas. Mon foie me rappelle à l'ordre de temps en temps, mais je n’ai pas de cirrhose, déclarée Sécu en tout cas. J'ai mal au dos, comme tout le monde, mais, dans l’ensemble, je clopine normalement, ça devrait passer le prochain contrôle technique. Alors, pourquoi cette morosité? Hier soir, j'ai ouvert une bouteille de "Brutal" et ce matin, à la radio, après le flot habituel de mauvaises nouvelles, Hervé Mariton, après avoir soutenu Juppé, tentait de me convaincre que Fillon était un homme honnête et patati et patata. Je ne sais pas qui est le plus brutal, le vin ou le discours de Mariton, mais deux mots, assez courts, me sont venus immédiatement : "Va chier"! Face à l'absurdité de la situation, c'est la seule chose qui me soit venue … Va chier! Excusez cette réaction épidermique, excusez-moi de paraître si direct, corrosif et avec un argumentaire aussi peu construit, mais va chier quand même! Je n’en peux plus du tout de ces cons, de ce racisme ambiant, de ces réactions disproportionnées concernant l’accueil de réfugiés fuyant leurs pays, ou plutôt ce qu’il en reste, à qui on dit: Allez chier ailleurs!

Lire la suite...