Leverasoif.com

Le syndrome du palindrome

dans la catégorie Inclassables mais classés

vp.jpgUn jour glacé, un ciel détrempé rythmé par des sternes qui dessinaient un linceul d’été. Un cri étouffé perdu dans les jappements d'un pygargue. Les jupons des rares passantes s'envolaient de rafale, mouillé de quelques gouttes, comme un parfum dissipé. Les arbres torturés ondulaient dans les bourrasques. Un vieux aux cheveux rares parlait des jours passés à un dogue à l'odeur fétide. Je somnole et je regrette l’instant où j’ai ouvert une ébauche de paupière. A cet instant précis, je comprends tout, les végétariens, les végétaliens, le lsd, les antidépresseurs, l’alcool, les salles de fitness, l’obésité morbide, les excès de gras ou de vitesse, l’anorexie mentale, les dépressives shootées au sommeil, les travailleurs inconscients, le yoga, le bouddhisme, la zenitude, les grévistes plantés, les ravis de la crèche, la pétanque, les mondains, les demie mondaines et les demie molles, les punks, les clochards insoumis, les contrôleurs fiscaux, les racistes intolérants, les antiracistes intolérants, un raélien ancré dans le réel, les communistes, les socialistes, les pollueurs, les écologistes, les sionistes, les illuminés, les révisionnistes, les terroristes, les inconditionnels de Houellebecq, les chtis de la télé-réalité, la pédophilie en famille, la pizza sans fromage, les pandas albinos, les collectionneurs de crotte de nez, Zemmour, Sarkozy, Nabila, Ribéry, Valérie Trierweiler, Arthur, Depardieu et tous ces cons ces abrutis finis qui errent avec un but abscond. Je somnole et je regrette l’instant où j’ai ouvert une ébauche de paupière. Un vieux aux cheveux rares parlait des jours passés à un dogue à l'odeur fétide. Les arbres torturés ondulaient dans les bourrasques. Les jupons des rares passantes s'envolaient de rafale, mouillé de quelques gouttes, comme un parfum dissipé. Un cri étouffé perdu dans les jappements d'un pygargue, sous un ciel détrempé rythmé par des sternes qui dessinaient un linceul d'été à un jour glacé.


Le con, la pute et le puant, le nouveau Western (de Tarantino)

dans la catégorie Sortie Vinoche

8-salopards-tarantino-une.jpgDéjà, le film m'avait saoulé avant même d'être sorti. Le scénario avait fuité malencontreusement et sa majesté Tarantino s'en était scandalisée publiquement! Le film lui-même avait fuité sur le net, les auteurs de la fuite s'étaient excusé platement, pirater Tarantino était une faute morale impardonnable. Déjà, dès le générique, le père Tarantino nous étale sa mégalomanie en nous rappelant qu'il s'agit de son huitième film. Mettre le mot huit dans le titre quand c'est ton huitième film, quelle idée de génie, il y aura même des gens pour trouver ça intelligent. Le prochain s'appellera les 9 fils de pute et le dernier aura pour titre: 10 de der, la sombre histoire d'une partie de belote qui tourne mal et finie en dezingage général. Comme si notre vie était suspendue à son décompte aussi filmeux que fumeux, comme si on devait se résigner à devoir se passer de Quantinnnne le génie. Le type est supposé s'arrêter à dix films et ne s'arrêtera surement pas, comme la mère Besson, il continuera à faire du fric. Moi, je dis qu'un réalisateur qui gâche un générique de Morricone en nous jetant son CV à la gueule n'a rien compris aux films de Sergio Leone.

Lire la suite...


Nuit et débrouillard

dans la catégorie Notre vin quotidien

994683502.jpgIl y avait tellement de brouillard ce mardi-là qu’on aurait tout aussi bien pu être mercredi matin, je ne m'en serais pas rendu compte. Ma femme darda sur moi son regard mi énigmatique, mi mystérieux et me dit tout de go : "c'est à cette heure-ci que tu te lèves, tu ne bosses pas aujourd'hui?" Elle ne saisissait pas toute l’intensité dramatique du moment, si elle l’avait fait, il aurait lâché une de ses phrases dont elle a le secret et qui sont plus belles qu’un coucher de lune à Honfleur, avec des adjectifs chatoyants et tout le toutim. Mais là, non. "Je me suis couché tard" répondis-je, sans laisser paraître le trouble grandissant qui croissait en moi pendant qu'au fond de moi pleuvaient les larmes amères de l'amertume. Je n'osai lui avouer la terrible réalité, une AG vineuse qui s'était terminée tard, très tard, et passablement avinée, ce qui est relativement normal pour une réunion avineuse. Bon, faut quand même que je me mette au boulot. Un pitch, vite, un pitch.

Lire la suite...


À quelle heure passe le dernier bus pour le côté obscur de la corse?

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

StarWar2.jpgIl y a des matins comme des chaussures beaucoup trop petites et aujourd'hui, s’en est un. La journée a commencé sur un malentendu. Je me suis pris la tête avec ma boulangère. Elle a beau avoir de belles miches, elle a parfois les esgourdes enfarinée. J'ai commandé un croissant aux amandes, je raffole des croissants aux amandes, et la michetonne me donne un chinois et une lotion capillaire. - Que veux-tu que je fasse avec un Chinois? - ai-je demandé à la mitronne.
- T'as qu'à lui frotter la tête avec la lotion… Ducon - me répond la fournière.
- Ça va être difficile, il n'a pas de cheveux ton Chinois, d'ailleurs, il n'a pas de jambe non plus, comment je vais faire?
- Arrête de te plaindre le gros, tu prends ton chinetoque et tu me lâches les baguettes, j’ai pas que ça à faire, j'ai du pain sur la hanche et un gagne-pain à faire tourner.
Du coup, je me retrouve en tête à tête avec le chinois.

Lire la suite...


Dans l'antre de la sagesse

dans la catégorie Notre vin quotidien

Pour aller le voir et profiter de sa sagesse, j'ai marché plusieurs jours et plusieurs nuits, j'ai traversé une forêt aux pentes abruptes et une montagne ténébreuse, sous des averses brûlantes et un soleil battant la chamade. Harassé, épuisé, fourbu et quelque peu fatigué, j’aperçus sa cabane, je touchais au but et décidai de passer sous silence le fait qu’un taxi m’y avait déposé. La cabane était vétuste, elle dégageait une atmosphère de sérénité, de quiétude et de méditation qui contrastait drôlement avec le magasin de souvenirs adjacents où s'empilaient des ouvre-bouteilles made in Taiwan et des caisses en bois. Aucun doute possible, j’étais bel et bien dans l’antre du vieux sage St Johanais. Celui qui avait enseigné son savoir à tous les vieux sages tibétains, chinois, Boukistanais et même à celui de fort Boyard. "Entre, je t’attendais", me dit sans tambour ni trompette une voix qui semblait sortie du fond des abimes. J'essuyai mollement mes "Berluti" sur le paillasson où était écrit : "N’engueulez pas le patron, la patronne s’en charge". Le temps de refreiner mon envie de fuir dans la nuit comme un cheval au galop, le temps pour mes yeux de s'habituer à l’obscurité et je découvrais l'intérieur de l'antre du sage. Les murs de l’endroit étaient tapissés de carton humide, vestige de St Julien et de St Estèphe, icônes du vieil Ermite âgé.

Lire la suite...


2017, divine comédie … Vas au bistro Satanas …

dans la catégorie Rencontres Amicales

bonneresolution2.jpgEn ce début d'année 2017, même si je ne tiens pas formellement à te foutre les boules, mais je sais une chose importante, une chose indispensable, je sais que, sur cette planète, ce qui s’élève doit forcément retomber. Inévitablement. C'est aussi vrai pour les emmerdes que pour la merde. Si je n'avais pas l’insouciant optimisme solidement chevillé à l’esprit, il faut bien avouer que ce début d’année 2017 me remplirait d’angoisse. Pas tant par les événements que par la manifeste incapacité des dirigeants à penser le monde de façon pertinente, différente, des gouvernants en état d’hébétude intellectuelle. Plus ennuyeux peut-être encore est le fait que ceux qui devraient avoir quelques lumières, les journalistes, les économistes, les philosophes, sont dans le même état. Il est donc indispensable que nous prenions les choses en main, que nous prenions de bonnes résolutions, des résolutions précises. Pour ce qui me concerne, ce sera "1920 x 1080" pour mon PC et "750 x 1334" pour mon téléphone. Mais attention, les bonnes résolutions sont sataniques. C'est Satan en personne qui a inventé le concept!

Lire la suite...


Vivement 2017

dans la catégorie Inclassables mais classés

10437710-bonne-annee-2017.jpgQuel sera le scenario de 2017? Je ne sais pas vous, mais moi, ça me fout les miquettes. Va-t-on vers un scenario à la Kubric ? Genre docteur Folamour, un rain man, un malade mental comme Trump, qui a cassé la baraque, assis sur une ogive nucléaire, ça faire frémir, faut savoir dire stop, remets-moi Johnny Kidd. Au point où on en est, on ne serait même pas surpris de voir Daesh s'allier à Trump pour ériger des murs et faire péter la planète. Mais, heureusement, Jack Bauer s'allierait avec Bruce Willis et la poste pour nous sauver les miches, comme dans 24h Chronopost. C'est peut-être en 2017 que disparaitrons les roux et abeilles, nous plongerions dans le cannibalisme, comme dans soleil vert. J'imagine l'Ermite âgé en Pepito, ça fait froid dans le dos… Ou alors un film catastrophe, tornade, tsunami géant comme dans la vague. En France, en prend le chemin d'un scenario à la V comme Vendetta, avec une Marine Nationale au pouvoir, un Zemmour sinistre de la culture et moi dans la clandestinité. Ou alors un scenario à la War Z ou Walking Dead, les zombies seraient remplacés par des réfugiés afghans ou Syriens, voire même les premiers réfugiés climatiques. La pollution du capitalisme et de la mondialisation engendre des réfugiés. D'ailleurs, les mots de 2016 ont été: réfugié, attentat, burkini, radicalisation, primaire, laïcité, populisme, migrant. L'autre mot très entendu en 2016, c'est deuil! Deuil de ceux qui nous ont quittés, mais surtout, deuil d'une grande partie des utopies, des évidences de ma génération. L'Europe, la peine de mort, la fin du populisme, de l'antisémitisme, de la ségrégation, l'évidence que le monde, le truc qu'on appelle ONU, était capable d'intervenir pour faire régner la paix. 2016 a été la preuve que tout cela n'était pas acquis, qu'il fallait se battre encore et toujours. La nostalgie est de retour! La grande Russie, la grande Amérique, le brexit, le repli identitaire, le communautarisme sont le fait de nostalgiques. On est loin de Franck Capra, de la vie est belle et de Monsieur Smith au Sénat. Ceux qui regardent derrière eux et jugent, ne se rendent pas compte que cette attitude est vaine, sinon qu'elle juge ceux qui jugent. On vivra peut-être le scenario des hommes et des dieux, même si je préfèrerais mieux celui de la vie de Brian. J'ai toujours préféré les Monty Python à tous les prédicateurs. Comment expliquer que certains se réfèrent à une religion, à Dieu, pour prôner la mort. Toutes les certitudes sont nocives. Mais le problème n'est pas religieux, il est communautaire. La religion n'est pas de retour, elle n'a jamais disparue. Nous nous battons alors que toutes les religions monothéistes se réfèrent à un même personnage, Abraham, père des croyants, le premier des patriarches et l'un des prophètes. La religion est devenu un refuge pour les exclus, pour ceux qui ne se reconnaissent plus dans ce monde, dans ses frontières imposées. A moins que les Monty Python ne reviennent nous apprendre le Sens de la vie, ou que rien ne change et que nous restions sur la planète des singes… Bonne tannée 2017


Petit caca noël

dans la catégorie Notre vin quotidien

cupcake_caca.jpgY’en a qui bossent, même pendant les périodes de fêtes! Et je fais partie de ces gens! Bon, je bosse chez moi en slip kangourou et chaussette de laine, mais je bosse quand même. Comme tu le sais peut-être petit canard psychopathe qui, dans les prochains jours, va ingurgiter le double de son poids en foie gras, je suis vraiment à chier pour offrir des cadeaux, pire que le père Noël! C'est dire. Cette année, pour noël, c’était une nouvelle fois une véritable catastrophe. Je ne sais pas si vous vous en souvenez, si oui, vous êtes des gros malades qui z’avez pas de vie sociale, mais les autres années, c'étaient pareil. Cette année, j'ai offert des cupcakes à mes amis. Pas n'importe quel cupcakes, des cupcakes en savon, pour se lustrer sous la douche ou dans sa baignoire. J'aime que mes amis brillent. Résultat des courses, ils les ont bouffés et ils ont pété des bulles pendant trois semaines. On a les amis qu’on mérite. J'avais également pensé au livre d'Emmanuel Macron, faut bien qu'il vive ce pauvre petit, un gastro ou une gastro, au choix, deux places pour le spectacle post-mortem de George Michael ou bien un séjour d’une semaine en Syrie pour faire le djihad. Ça peut être rigolo. J'ai un max d'idées, mais j’ai préféré les cupcakes de merde au savon. Allez, va te laver, tu pues. Et joyeux noël !

Nicolas Joly Clos de la Coulée de Serrant 2005

A l'ouverture, un nez bizarre, hydrocarbure, réduction, bouchon? Pas très engageant. Après carafage, des fruits jaunes, de la pomme cuite, du miel, des épices, mais rien de transcendant. En bouche, c'est puissant, limite alcooleux, heureusement l'acidité est haute, mais l'équilibre est discutable. Belle petite longueur. Pas convaincu. Bien

Boisrenard Châteauneuf-du-Pape blanc 2004

Beau nez, assez subtil, pas trop puissant, de mirabelle, de miel, acacia, bonbon, paille et un très léger oxydatif. La bouche est vive, étonnamment fraiche, belle matière parfaitement équilibrée par une jolie acidité qui porte une finale sur les fruits jaunes. Très bien

Azienda Ceretto Bricco Rocche 2004bricco_rocche.jpg

Superbe nez de framboise, fraise, cerise, muscade, cuir, café, épices et clou de girofle. La bouche est pleine, généreuse, les tannins sont souples, la fraicheur maintient l'équilibre avec une longue persistance sur des notes de café crème. Un excellent Barolo qui peut sans problème se garder encore. Excellent


2016, pinard de la guerre, va te faire boire ailleurs

dans la catégorie Inclassables mais classés

2017.JPG2016 s’achève et avec elle la fin d’une époque… ou pas ! L’année 2016 arrive tout doucement à sa fin et vous allez bientôt vous exploser la panse comme jamais, marier bûche et embûche, joie et calvaire, crise de foie et crise de foi. Si le Père Noël existe, Dieu existe et peut-on considérer la crucifixion comme un accident du travail. 2016 a été une année volatile, incertaine, complexe et ambiguë. Que restera-t-il de 2016? C'est une question que je me pose depuis quelques années déjà. Qui sera l'homme de l'année? Bob Dylan? Donald Trump? Surement Donald, l'idole du serial Killer d'American Psycho, Donald à la tête de l'empire, c'est un gag, comment est-il possible d'élire un Président qui s'appelle Donald? L'autre homme de l'année, c'est le sondeur, ou plutôt, sa faillite. Au régionale, le FN devait gagner, heureusement, ils ont perdus, Juppé devait faire une bouchée de Sarkoléon, C'est Fillon qui les a fumés. Hilary devait gravir la tour Trump avec facilité. Elle a chuté lourdement. Si j'étais Fillon, je me méfierai. Ces doctes sondeurs qui brillent sur les plateaux de télévision devraient changer de métier et se recycler dans la voyance, c'est un peu la même chose, mais sans le jargon pseudo scientifique et la boule en plus.

Lire la suite...


Noël au bal con, Paco Tyson

dans la catégorie Inclassables mais classés

noel.jpgJe ne sais pas si vous savez, mais le Père Noël va venir ce soir. Si, vous devez savoir, mais que le Père Noël soit le grand père de Superman, ça vous ne le savez surement pas. C'est aussi le cousin d'un autre super-héros, Procrastinator, celui qui sauvera le monde, mais plutôt dans une heure, ou un jour, va savoir. Oui, le Père Noël n'est pas une ordure mais un super-héros. Sa spécialité, faire le bonheur de tous, mais seulement un jour par an, comme par exemple pour Paco Tyson, un jeune roux qui vivait très mal sa rouxitude. Paco aimait la boxe, il aimait donner et prendre des coups. Tout petit, déjà, il avait essayé de partager cette passion avec ses amis et sa famille. Mais son père, avec qui il échangeait moult crochets et uppercuts contre un sandwich au camembert, était peu enclin à saisir la froide beauté de ce sport. Un père qui ne le voyaient pas de cette oreille et, de fait, interdisait à Paco d'avoir des amis, d’oreilles non plus, maintenant que tu m’en parles. Le problème de Paco, c’est qu’il était à peu près aussi carré qu’une hypoténuse, plus chenu que massif, plus Obama que baraque bref c’était un gringalet, pas vraiment laid, mais gringalet. Il avait tout essayé, la fonte, l’autohypnose, les méthodes Chuck Norris, il restait aussi épais qu’un casse-dalle SNCF.

Lire la suite...


La cancritude attitude ou la malédiction du Kévin

dans la catégorie Rencontres Officielles

cancres.jpgKevin n'est pas un prénom ordinaire, par exemple, aucun intellectuel ne s'appelle Kévin, pourquoi? Populaire dans les années 1990, marqueur social des années "boys band", ce prénom irlandais est devenu un véritable handicap social, lourd à porter, pourquoi? Il faut remonter à la nuit des temps pour obtenir des réponses. Il faut remonter très précisément à l'origine du monde. Lors de la création de l'humanité, Dieu façonna le premier humain. Il l'appela Kevin. Très vite, il se rendit compte qu'il avait fait une grosse boulette, qu'il s'était planté dans les grandes largeurs. Alors Dieu créa Adam et enferma Kevin dans une grotte (ce qui explique le manque de vie sociale du Kevin)... Réduit à l'état primaire, luttant alors pour sa survie, le Kevin tenta de s'accoupler avec un orang-outang mâle (le Kevin était déjà un peu con). À la suite d'une bonne centaine de tentatives infructueuses, le Kevin décida de transmettre son (faible) savoir à son fidèle compagnon. Les Kevin ont alors suivis une ligne parallèle à celle de l'évolution humaine, cette nouvelle espèce réussit à perdurer jusqu'à nos jours en défiant Darwin et la théorie de l'évolution. Profitant de l'essor de l'internet, le Kevin tenta alors de retrouver sa place dans la société en inondant de coms le réseau mondial. Il faut reconnaitre que certains Kévin furent quand même connus. Keegan, Spacey, Bacon, Costner … Quelques autres célébrités s'appelaient Kevin mais ont changé de nom: Satan, Hitler, Kim Jong Il, Jean-Claude Van Damme ou Élie Semoun, souvenez-vous de Kevina, la déclinaison féminine de Kévin.

Lire la suite...


La Chute du faux con belge

dans la catégorie Inclassables mais classés

fritesBelgique.jpgRassurez-vous, je ne vais pas vous parler des primaires socialistes, ce serait primaire et pas très socialiste, justement! Non, je vais vous parler de la chute, pas celle d'Hollande, pas celle du faucon noir, pas celle de Sarkozy, pas celle de l'URSS, pas celle de mes cheveux ni ma chute dans les escaliers verglacés, mais celle de mes blagues. Je travaille beaucoup mes chutes, je suis un peu le cascadeur de la blague. Dans l’humour, la chose la plus importante, c’est d’avoir une bonne chute et les mêmes références que ses interlocuteurs. Un exemple, vous racontez une excellente blague sur les roux à quelqu’un, mais si cette personne ignore que les roux sont des êtres espiègles et malveillants. Il ne va pas la comprendre. Prenons un autre exemple. Celui de la toute première personne au monde à avoir raconté cette excellente blague sur les belges : Que dit un Belge quand il voit une peau de banane par terre.

Lire la suite...


Raccroche, je suis dans un tunnel

dans la catégorie Notre vin quotidien

old-cell-phones.jpgJe me souviens d'une époque pas si lointaine ou presque personne n'avait de téléphone portable, sauf un type, un con, frimeur qui gloussait sous cape et parlait très fort au téléphone. Oui, à cette époque les cons portaient une cape, ce qui était bien plus facile pour les reconnaitre. Aujourd'hui, la cape a disparue mais pas les cons. Je ne pouvais pas l'encadrer, non pas parce qu'il avait un téléphone portable, mais parce qu'il avait la coupe de Rudi Völler et la gueule de Valderama, à moins que ça ne soit l'inverse. Moi, je disais à mes potes que je n'aurai jamais de portable, que c'était un truc de con avec une coupe chelou. Et puis, le truc s'est développé plus vite que la chtouille sur le bas clergé, la concurrence est arrivée, les prix des communications ont baissé, les opérateurs ont commencé à lancer des forfaits pas chers. Mes potes sont tous passés aux portables. Pas moi, je suis un rebelle dans ma tête. No pasaran mais avec un peu de parmesan. Les samedis soir, mes potes s’appelaient pour savoir quoi rien faire, en gros, ils avaient le choix entre passer la soirée dans le troquet habituel et s'emmerder avec une bière chaude, comme les 256 semaines précédentes, ou aller à un concert et pécho de la langoustine bien chaude de premier choix. Ils choisissaient toujours la bière chaude. Moi, ils m’appelaient aussi, mais ça sonnait occupé, j’étais tout le temps sur internet avec mon vieux modem 33.6k à propulsion manuelle.

Lire la suite...


Le bonheur, c'est simple comme un coup de pif

dans la catégorie Rencontres Officielles

chemin_du_bonheur.jpgIl y a quelques jours, à la radio française, j'entendais un philosophe parler du bonheur. Monsieur Ferry, pas boat, pas Jules, pas Jean, mais un autre apôtre, Luc, m'expliquer pourquoi il ne croyait pas au bonheur et à la philosophie du bonheur. Comme lui, je ne crois pas à tous ces marchands de bonheur, de développement personnel, de psychologie positive et taoïste qui nous persuadent que le bonheur ne dépend pas de l'état du monde réel mais du regard que l'on porte sur lui. L'idée que le sage est heureux partout, c'est aussi faux qu'une bonne publicité. Peut-on être heureux dans un monde malheureux? C'est une putain de bonne question que m'a posée Dudul, catcheur et prof de philo au Lycée Marc Dutrou de Grézieux les Moufflettes. Il n'y a pas besoin de faire 30 ans de philo pour comprendre que nous fuyons la douleur, le mal, la solitude et les cons. Que nous préférons tous la joie, les potes, les gueuletons et les petits coups à boire. Le problème, c'est que nous sommes parfaitement capables de définir le malheur et totalement incapable de définir le bonheur.

Lire la suite...


Les troubles de l'élection se soignent au Beaujolais

dans la catégorie Notre vin quotidien

Viagra.jpgVous le savez surement si vous êtes en vie et qu'il vous reste au moins un de vos sens, la droite de France est sur le point de désigner son Président, enfin, celui qui devra essayer d'être Président. Je reconnais que je suis d'origine populaire, pas trop souvent populiste et que j'ai souvent le trait un peu lourd pour les candidats de droite, enfin surtout avec le petit poney de Sarkosie qui court encore après l'Elysée pour manger tout le foin avec ses copains patrons. J'admets aussi que je n'ai pas parlé avec un vrai ouvrier depuis 5 ans et qu'avec ma consommation annuelle de Meursault on ferait vivre 154 familles de réfugiés. Parfois, je me surprends à dire, dans les diner où on ose encore m'inviter, "c'est quand même les entrepreneurs qui donnent du boulot à la France!". Bref, je me sens glisser à droite, si ça continue, dans moins d'un an, je m'achète un gros SUV allemand pour aller promener mon Barzoï dans la Beauce, pourtant, je viens d'une famille ouvrière, si tu mate mon génome, c'est sûr, tu ne trouveras pas un ADN avec une Rolex! Pourtant, j'ai regardé les débats, je me suis intéressé à l'affaire, un peu comme on regarde des photos de poumons cancéreux pour arrêter de fumer, j'ai constaté que tous les candidats étaient intéressés par la polémique, la bouse, l'identité nationale, l'immigration et ses salauds de fonctionnaire qui n'en foutent pas une rame. Mis à part les States et ce n'est pas une références, ce genre de débats se tient plutôt dans un tribunal que sur un plateau de télé. Bref, je me suis fait une idée, je me suis dit qu'en juin dernier, les rosbifs avaient voté pour quitter l’Europe. Hier, l’Amérique a voté pour quitter l’Amérique. Et nous? On va voter comme on prend un barbiturique, mettre notre pays au fond d'un vase, mais au fond du vase, il n'y a rien qu'un peu de vase. Déprimant! Je me suis dit que, contrairement à une idée fortement répandue, la démocratie Française n'est pas une dictature de la majorité, mais celle d'une toute petite minorité. Concernant les élections présidentielles, seul un tiers des français voteront, la moitié de ce tiers votera pour l'un des candidats, parmi ceux qui auront accordé leurs suffrages à un candidat, la moitié l'aura fait dans l'intention d'éliminer le concurrent, finalement l'homme qui dirigera notre pays ne sera positivement élu que par dix pourcents de la population, une petite clientèle qui comprendra probablement les membres du parti et de l'administration, ceux qui gravitent autour et leurs familles, et quelques gens opportunément dupés pour l'occasion. Alors, je me suis ouvert un petit Beaujolais, la preuve que je ne suis pas rancunier, et fataliste, j'attends de voir si le Français est aussi con que le Rosbifs et le Ricains!

Jean Foillard Morgon "Cuvée Corcelette" 2013

Au nez, dominent des fruits noirs et rouges, beaucoup de cerise, de subtiles notes pierreuses, minérales, des épices et de la réglisse. La bouche est fraiche, pure, le fruit est gourmand, belle texture, on a envie d'y revenir et la finale est fraiche et soutenue. Un Beaujolais comme on voudrait en voir, et en boire, plus souvent. Très bien


Le Beaujolais nouveau est arrivé …vivement qu'il reparte

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

Humour-Beaujolpif-beaux-enfants.03.jpgJe n'ai pas le vin mauvais, mais il y a trois choses, dans la vie, que je ne supporte pas : le Châteauneuf trop chaud, le champagne tiède et le beaujolais nouveau. C'est aujourd'hui que cette arme de destruction massive arrive chez tous les cavistes qui ne se respectent pas. Chaque année, à la même date, je reste coi! Quoi? Comment expliquer que le troisième jeudi de chaque année, on le célèbre comme la chandeleur, les crêpes en moins, un peu comme le mardi gras, ou plutôt, un jeudi beurré pour les adeptes. En gros, le Beaujolais Nouveau, c'est le Pierre-André Gignac du vin, 98% du temps il est mauvais mais t'as toujours un abruti pour te dire qu'il a été bon. Avec le Beaujolais Nouveau, c'est simple, aussitôt goûté, aussitôt dégoûté. Mais, si je bois 10 verres de Beaujolais dans 10 verres différents, est-ce que je ferai diversion? Comment expliquer cet attrait, ce désir irrépressible de se torcher au mauvais pif en plein mois de novembre? Je pense que le Pif est un message divin pour que nous nous rappelions notre condition de mortel, un peu comme la cocaïne; ou alors, c'est une conspiration gouvernementale pour que nous restions pinard. Pour Desproges, la mode imbécile du Beaujolais Nouveau permet à des vignerons peu scrupuleux d′écouler vite fait leur saloperie de bibine pas mûre et trafiquée, à la plus grande joie de prolétaires zingueurs qui viennent se faire ronger les muqueuses, après le turbin à grandes goulées violacées de cette vomissure corrosive si épouvantable et si totalement imbuvable qu′un portugais n′en voudrais pas! Je n'aurai pas mieux dit! Bon, je vais me goûter un petit Bourgogne, tant qu'il y a de la vigne, il y a de l'espoir…


Se souvenir des vieilles choses

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

fench_valley.jpgCe billet aurait aussi pu s'appeler: "mémoire de nos verres", autres référence cinématographique, il sera consacré aux souvenir et à la mémoire. La mémoire de ce que nous buvons, goutons, écoutons ou que nous pensons. Au cœur de la vallée de la Fensch, entre aciérie, soleil d'acier, communisme et utopisme européen, de cette enfance, je garde de nombreux souvenirs, comme celui des noms égrenés chaque 11 novembre, devant le monument aux morts, la foule, figée, répondait: "morts pour la France". Se souvenir de la chair à canon, de jeunes hommes, morts pour des ambitions qui n'étaient pas les leurs. Juste après les élections américaines et avant les nôtres, il est parfois bon de se souvenir. On croit mourir pour la patrie, on meurt pour les industriels disait Anatole France, le bien nommé. La guerre est toujours une histoire de fric. De ces jours parfois heureux, je me suis forgé une grande défiance pour les commémorations officielles. Se souvenir que nous sommes des enfants de la paix et que nous pouvons refuser de servir les ambitions de démagogues qui exploitent nos peurs et nos angoisses. Se souvenir est parfois salutaire.

Lire la suite...


Tu me casses les urnes!

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

Urnes2.jpgHier soir, sur une chaine du câble, on repassait pour la 2.148 fois, le chef d'œuvre de ZAZ (Zucker, Abrahams, Zucker), et pour la 2.148 fois, je me suis bidonné sur ce film potache, loufoque et décalé, avec une chiée de phrase culte comme "Ça va chier dans le ventilo". Y a-t-il un pilote dans l'avion? Par une association d'idée improbable, dont je suis très fier, ce film, ce titre, m'a ramené aux élections prochaines. Celles de nos amis américains, où la chute de la République n'a jamais été aussi proche, eux qui doivent faire un choix crucial, viande ou poisson! Difficile pour les végétariens. Ils peuvent être fiers d'eux, les ricains, ils vont peut-être élire une moumoute qui pensait juste donner un coup de pouce à son business immobilier et qui s'est pris au jeu de dupe. Maintenant tout le monde prie pour qu'il perde. Dans quelques jours, les Etats-Unis auront un nouveau Président, et personne ne sait encore qui elle sera. Un peu comme chez nous, sauf qu'il y a peu de chance pour que ce soit une femme. Pour la primaire de droite, on a le choix entre un voleur et un escroc. C'est plus une élection, c'est Ali Baba et les 40 voleurs. En plus, c'est des récidivistes!

Lire la suite...


Cours privé sur l'influence et la vainitude des gourous coucous

dans la catégorie Rencontres Officielles

cep-de-vigne.jpgOn ne le rappellera jamais assez, le grand dégustateur, infaillible et omnipotent, n'existe pas! Et n'existera jamais (ou peut-être dans un futur lointain, quand les robots auront remplacé l'homme), que ce soit chez les gourous qui vivent de leur guide d'achat à l'intention des sourds et des malentendants du vin ou des gourous de table qui distillent leur savoir avec avidité ou prodigalité, libéralité ou brutalité, parcimonie ou bonhomie et dont je fais évidemment partie. Non pas que je veuille défaire certaines réputations savamment conquises à la force du gosier, la n'est pas mon propos, ce qui me dérange, qui m'énerve, qui me hérisse le poil, qui m'agace la rate, qui m'excite l'arthrite, c'est l'inhibition de ceux qui pense ne pas pouvoir savoir à l'égard de ceux qui sont sensés détenir ledit savoir. "Je n'y connais rien", "Je n'ai pas votre nez, votre culture, votre passion", etc… Des sentences d'auto-exclusion trop souvent entendues et qui implique souvent un réflexe pavlovien, moutonnier et parfois ridicule, quand l'avis (et la note) s'aligne sur les gourous. Parfois, il suffit de mettre un verre dans les mains de nombreuses personnes pour qu'elles perdent toute confiance en leurs sensations, leur goût…

Lire la suite...


Facebook émissaire

dans la catégorie Notre vin quotidien

image-drole-candy-crush.jpgÇa y est, je suis full Facebook™©®Φ, une page perso, une page blog et une page société, full de chez full. Mon arrivée sur Facebook est un grand moment, pour Facebook. Avant, mais c'était avant, j’avais le sentiment, l’intuition, que les gens étaient des cons. Désormais, j’en ai la certitude. Passe encore pour les parents qui, soudain, se sentent obligés de s’exprimer comme s’ils avaient le même âge que leur progéniture. Le manque de sommeil et l'herbe qui rend moins con peut expliquer beaucoup de chose. Mais pour les autres, c'est grave con. Ceux qui s’indignent vingt fois par jour, ceux qui se sentent obligés de venir commenter le moindre statut avec une blague même pas amusante. Ceux qui like tout ce qui bouge pour montrer qu'ils sont réactif et font preuve de rebondivité. Les lanceurs d'alerte ou de moutons, les acharnés de Candy Crush, la nouvelle drogue dure des ados, même si je dois avouer que j'ai commencé à jouer avec ces petits avortons que j’ai désiré, chéri et élevé pendant un certain temps, pour ensuite les laisser se refroidir et se figer tel des petits enfants trisomiques mal formés qui auraient atterris chez les Courjault. Ceux qui relaient la moindre rumeur, sans jamais user de leur cerveau. Ceux qui, une fois la rumeur démentie, accusent les médias d’être responsables de leur absence totale de sens critique. Tous. Je les haïssais cordialement. Et puis, un jour, j’ai découvert que ce sentiment était partagé. Quelle joie! J’ai découvert un groupe secret, havre de haine, où d’autres ombrageux misanthropes se réunissaient pour déverser leur bile sur Facebook. C’est là que j’ai fait la connaissance de Radko, mon berger Allemand. Nous avons tant de choses en commun.

Lire la suite...


- page 1 de 108