Leverasoif.com

Erection, piège à cons

dans la catégorie Notre vin quotidien

a-vote-design.pngC’est parti, le gong a sonné! Plus les élections approchent, plus je suis de très mauvaise humeur, plus les candidats de droite parlent, plus les promesses libérales et sécuritaires déboulent, plus je suis de très mauvaise humeur. Plus les candidats de gauche s'expriment, plus le ton et la tension montent, les attaques personnelles, les promesses folles et les phrases assassines pullulent, plus je suis de très mauvaise humeur. De coup, à mon tour, j'ai décidé de me présenter. Mon programme est simple, voire simpliste. Le maître mot: détourner le citoyen de ses valeurs, celles qui le définissent. Pour être élu, il suffit de lui raconter une belle histoire, une fable à laquelle il veut croire. Qu'importe si c'est faux ou irréalisable, il suffit d'y croire. Je vais l'arracher de la nature qui l'a nourri, je vais raser l’or vert qui lui permet de respirer, balafrer les villes, édifier des cités, toujours plus grandes, plus hautes, plus polluées. Je vais les étouffer de goudron, tailladez la géosphère d'autoroutes et de ronds-points inutiles. Je promets de déshumaniser l'ensemble de la planète. Voilà mon programme écologique. Pour l'éducation, pour les jeunes, je propose de les lobotomiser dès le plus jeune âge! Tuer leur soif de découverte, assassiner le dynamisme de la jeunesse en réprimant par de lourdes peines l'esprit d'initiative. Dix, quinze, vingt années d’études stériles et mécaniques, s’il le faut. Les renvoyez chez eux chargés de problèmes à résoudre. Les enfermez dans des geôles éducatives, gonfler les effectifs, évaluer, contrôler, noter. Mais avant tout, mater. Récompenser les plus dociles, laminer les esprits rebelles.

Lire la suite...


Mind the gap, souvenir d'Albert Londres

dans la catégorie Inclassables mais classés

Londres.gifMind the gap, je n'arrive plus à me sortir cette phrase de la tête. Entendue et réentendu à chaque station de métro, répétée par l'Ermite à chaque station, un tube Londonien. Mind the Gap between French and British cultures! Oui, un fossé sépare les Français de leurs cousins Grands Bretons. Même si nos histoires se sont mêlées et entremêlés, même si une heure d'avion nous sépare, les Froggies connaissent mal les Rosbifs, et les rosbifs se foutent des Froggies. D'abord, on a failli ne pas partir, grève des contrôleurs aériens Français, normal, la grève, c'est notre culture, 2 heures d'attente dans un avion low-cost Irlandais, serré comme des fish & chips en attente d'autorisation de survol belge. Arrivée à Standsted, queue à la douane, Brexit oblige, un douanier qui ressemble à une douanière et qui me regarde avec des yeux de Teckel malade et qui fait la moue quand il comprend que je ne comprends pas ce qu’il baragouine dans son anglais natal. Première surprise, où sont les anglais? On a vu beaucoup de chinois, de japonais, de coréens, des indiens, des Paki pas cher, des ricains, des australiens, des italiens, des serveurs Brésiliens, même un Boukistanais, mais très peu d'Anglais… On a bien croisé un pochetron qui a avalé une immonde barquette de viande-frite avant de ronfler dans le tube après un curage de pif en règle, mais il n'était probablement pas représentatif du genre. Deuxième mauvaise surprise Londonienne, le café anglais, après en avoir bu, tu n'as qu'une seule envie, repartir. Bref, à Londres, on a rencontré moins d'anglais que d'écureuil gris. C'est bizarre Londres sans Anglais et sans chien, on a croisé maxi dix chiens et pas une crotte. 4 jours à Paris et tu pues la merde de chien pendant 6 mois. Ici, on a croisé plus de squirrel que de chiens, mais pas de dentiste, d'opticien, de cabinets médicaux, leur économie fonctionne bien, mais leur système de santé est très malade, sans parler des personnes de plus de 70 ans qui travaille encore. Selon un article paru récemment dans une revue scientifique, il y a si peu de dentistes en Angleterre, c'est que les gens s'arrachent eux-mêmes les dents! Bref, on a fait du tourisme, pubs, bière, Earl Grey, Buckingham, Big Ben, la Tour, le Bridge, Hyde Park, la city et son cornichon magique, le métro de Coven Garden et ses escaliers interminables, les bus Anglais, ligne 31, Camden Town et finalement, l'Ermite a eu un coup de foudre à Nothing Hill, sur Portobello Road pour un punk à la crête rose.

Lire la suite...


En vrac quelques vins de ma semaine de Père Pinard

dans la catégorie Notre vin quotidien

Flaneur-for-site.jpgLe secret, pour apprécier sa semaine de Père Pinard, c'est de ne rien prévoir, de ne rien chercher et d'attendre que tout me tombe dessus, comme ça, naturellement. La méthode est d’une grande facilité, il suffit de marcher, de flâner, de jouer aux boules et de lever le nez du bout de ses grolles et de glaner ce qui se présente. L'été est propice au flânage, le pouvoir du flânage et du flâneur, par la même occasion, n’est jamais à sous-estimer. Le philosophe Walter Benjamin lui accordait des vertus subversives. Le flâneur, que l’on aime surtout réduire à sa dimension oisive, est surtout un épicurien qui attend que les choses lui arrivent naturellement. Le flâneur est pratique. Une équipe de chercheurs vient d'établir, avec la complicité de plusieurs adeptes du flânage dans les rues de Londres et de Barcelone, des cartes géographiques des odeurs de ces deux villes, quartier par quartier, coin de rue par sentiers de parc et zones commerciales. Odeurs d’industries, de nourriture, d’animaux, de nature, d’émission de gaz d’échappement, de tabac, d’excréments, cette naso-géolocalisation repose sur une nomenclature complexe et variée. Grâce aux flâneurs, ces deux métropoles européennes ont livrées leurs secrets par les odeurs qu’elles dégagent. Ces odeurs, expliquent les chercheurs, qui influent sur la perception de l’environnement direct, les comportements des urbains et même la santé. Soyons franc, la rue n’est plus un espace de contemplation, mais un lieu pensé pour faciliter la circulation. Certes, il y a toujours les bancs, mais seulement pour ceux et celles qui prendront un repos temporaire avant de reprendre leur marche en avant. On se méfie de celui qui s’arrête, regarde, réfléchit et observe naïvement.

Lire la suite...


Je suis fou d'humour (et du chocolat Lanvin)

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

theorie-du-complot.jpgMaintenant je sais pourquoi je suis fou. Parce que j'ai un sens de l'humour. Un sens de l’humour déplacé est un signe de démence. Dans une étude publiée dans le Journal of Alzeheimer’s disease, le docteur Camilla Clark a démontré que les blagues cyniques ou totalement absurdes pouvaient être considérées comme des symptômes de démence imminente. Ceux qui rient aux blagues des Monty Python (des génies) ou de Dali (le chocolatier moustachu) sont plus sujets à la démence précoce que les conspirationnistes de tous poils. Pour résumer, si j'aime Benny Hills, je suis fou, mais si je crois que si le monde va mal, c'est à cause des grands méchants Illuminatis habillés de costumes Armani en peau de reptile qui tirent les ficelles dans l’ombre tout en sirotant des cocktails au sang de veuves vierge, je ne suis pas fou. Les conspirationnistes sont vraiment formidable! Grâce à eux, rien n’est jamais vraiment la faute de personne. Moi, personnellement pour ma part, je suis sûr que les chinois de la CIA du KGB ont implanté psychiquement dans ma tête, une molécule de Meursault pour faire de moi un suppôt de la Bourgogne, terre des Illuminatis, comme nous le savons tous, c'est même écrit dans la bible et le coran, mais il faut être reptilien pour le voir. J'ai vérifié mes infos, il suffit de taper sur un cep de Chardonnay pour que 15 personnes persuadées qu’on nous cache tout sur tout et tout le temps en tombent. En moins de temps qu'il n'en faut à un marine viril pour abandonner sa queue de cheval et devenir une femme sublime, un adepte de la conspiration vous persuadera que les "twin towers" ont été démolies à coup de nanotechnologies du futur, que les moteurs à énergie infinie existent mais sont détenus par les vilaines compagnie pétrolières mangeuses d’enfants qui préfèrent polluer la planète au lieu de la dominer en vendant l’appareil ultime que tout le monde s’arracherait même si elle coûtait 3 couilles en or massif.

Lire la suite...


Jeter un voile sur le débat du petit burkini

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

burkini.jpgComme l’indique le titre, ce qui suit est un billet d’humeur qui n’engage que ceux qui l’ont écrit, en l'occurrence, Bibi, Paul et Mickey, qui en assument, par avance, toutes les responsabilités et les longueurs. Il s'agit d'un billet d'humeur sur un tout petit Itsi bitsi burkini rouge et jaune à p'tits pois que j'écrivais pour la première fois. D'abord, soyons factuel, c'est quoi un burkini? C’est une version aquatique de la burqa ou du niqab, une combinaison de plongée, mais sans les bouteilles, un vêtement qui ressemble à celui de Jacques Villeret dans la soupe aux choux, mais sans les pets. En gros, c'est un maillot de bain intégral dont tout le monde n'a rien à battre, assez moche et assez rare. Loin d’être une tradition ancestrale, cette innovation vestimentaire date de 2007, donc il va falloir s’armer de patience pour trouver une justification dans le coran! Mais alors, pourquoi en en parle tant? Pourquoi ce débat vestimentaire tourne vers le débat religieux et rend la France hystérique? Parce que c'est les élections bientôt, que la chasse aux voix est ouverte, que le sujet est clivant et réveille nos vieux démons, que Naboléon Sarkozy, le lapin duracell de la politique, est prêt à se crever un œil pour aller (sa)border sa Marine Nationale pendant que "Pépé Manu" Vals, qui déteste être doublé par sa droite, se dit que ça peut rapporter gros et surenchérit. Ajouter quelques maires en mal de voix, élevant la voix sur la voie publique pour légiférer. Même au Touquet! Quand tu sais que personne ne se baigne au Touquet, c'est ridicule, ça caille au Touquet, le burkini est indispensable au Touquet! Parti comme ça, on va interdire les doudounes au Touquet. Cet hiver, on va interdire les burkinaison de ski à Courchevel. Voilà comment un sujet à deux balles devient un débat (front) National et fait exploser les ventes et le port du burkini. Si on ouvrait un débat du même type sur l'emploi? Peut-être qu'on en créerait de l'emploi?

Lire la suite...


Au saint des seins, c'est la taille qui compte

dans la catégorie Notre vin quotidien

taille_seins_poitrine.jpgComment cela a-t-il commencé déjà ? Ah oui, une partie de boule matinale, en plein cagnard, 5 ou 6 bouteilles d'excellents vins sur une belle souris d'agneau en jupette, une discussion sur les burkinis, les cravates et les notaires, ça aide à philosopher, surtout si tu es Lorrain et que tu as l'irrépressible envie d'énerver l'Ermite. "La femme est un homme comme les autres … mais sans les couilles", cette sentence sexiste a eu le don de réveiller le vieux cénobite. "C'est faux, être une femme dans un monde d’hommes n’est pas quelque chose d’évident, si tu avais grandis un peu, tu en serais persuadé. C'est dur d'être une fille, sauf si tu possèdes deux avantages mammaires indiscutables. Tout le monde le sait, une belle paire de seins est une bénédiction pour les filles qui en sont pourvus. Une belle paire de pêches permet de décrocher un boulot peinard, de boire de bons champagnes, de bouffer dans les meilleurs resto, dont les portes s’ouvrent toutes seules, comme par magie. Bref, une belle paire de miche sur la planche, ça ouvre des portes, ça attire les regards concupiscents quand ils sont masculins, envieux quand ils sont féminins. Quand tu as Robert au balcon, tu mets l’autre moitié de l’humanité au garde-à-vous. Prête à servir".

Lire la suite...


Les tables d'Eloi

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

IMG_1596.JPGC’était un mercredi matin en plein mois d'aout, en pleine canicule, nous sommes arrivé devant un pâté lorrain de maison, un pavillon plein pied, chez L'Joël. Il nous attendait, il ne portait qu'un bermuda à fleurs pour cacher son popotin très légèrement surdimensionné, un peu moins grand que l’Australie mais quand même plus gros que son bide. Il était farci comme une paupiette et il avait le cul serré comme une noix de cajou entre les doigts de Teddy Riner. Il doit se talquer le derche tous les matins pour éviter le frottement et les rougeurs à l'entre cuisse. Quand il joue à la pétanque, il ne porte pratiquement que des bermudas, qui selon lui ont le mérite de lui faire la cuisse fine, imaginez un haltérophile en bermuda et vous comprendrez tout de suite la monumentale erreur de jugement. Le Joël nous emmène chez l'Eloi, son coéquipier de boule pour la journée. L'Eloi, 83 ans, quelques années au compteur, mais bon pied, bon œil, comme Diogène, il a l'art de la répartie et de la parole mordante, un sourire mutin, la douceur de la vie dans sa simplicité la plus pure. Une simplicité qui nous rappelle qu'il faut profiter de la vie, envers et contre tout, que la vie n'est pas une rivale, mais une alliée, une alliée exigeante, sévère, mais alliée tout de même. L'Eloi, ce n'est pas le genre à aller passer ses vacances à Miami pour voir un dresseur d’orque se faire niaquer en direct, il préfère les passer à l'ombre de ses marronniers, au bord du ruisseau, pour se souvenir des bons moments et observer patiemment le temps qui passe. Bien vieillir, c’est être capable de poser sur les choses de la vie un regard neuf. La vieillesse est un naufrage écrivit Chateaubriand avant d’être plagié par le général de Gaulle, qui en avait après Pétain. Autant il y a des vieillissements qui sont autant de noyades, autant certains donne envie de vieillir. En vérité, on n’aime pas que le temps soit visible. Autour de nous, tout moisit, tout pourrit, tout se corrompt, tout s'écroule, tout se délite, tout fout le camp, alors, une après-midi de boule, une table sous les marronniers, quelques bouteilles de bons vins qui ne réclament que nos gosiers épais, quelques voisins curieux, quelques bières, quelques tranches de saucisson, que demander de plus? Le seul attribut réservé aux plus vieux est le pouvoir de manier avec plus de liberté, d'aisance, d'expérience et de bonté la faculté de jouir des bonnes choses de la vie.


Mutin matin calme

dans la catégorie Notre vin quotidien

mug-fepachie-ce-matin.jpgCe matin 18 personnes se sont percés un furoncle au pays du matin calme. Ce matin un policier transsexuel a tiré sur sa mère pensant que c’était son père. Ce matin un bucheron Canadien s’est fait bouffer par un ours brun. Ce matin 32 blondasses se sont épilées la figue en Albanie. Ce matin un bricoleur du dimanche s’est fait couper une oreille par une scie circulaire. Ce matin 841 hérissons dormaient les tripes à l’air sur les routes de France. Ce matin un colérique Suédois a surpris sa femme au lit avec son ex et les a égorgées avec les clefs de sa Volvo. Ce matin un piéton distrait a été retrouvé avec une boule d’attache caravane coincée dans le rectum. Ce matin un tatare affamé a buté 9 pandas roux pour faire un tartare. Ce matin un schizophrène a crié parce qu’il croyait avoir disparu. Ce matin un poisson-chat a regardé un cambrioleur fixant une jolie banquière qui s’enduisant la couenne avec de la graisse de Morteau. Ce matin un homme de 34 ans, qui n'a jamais bu une goutte d'alcool, a appris qu’il avait une cirrhose. Ce matin un communiste chinois a éventré sa femme et son banquier. Ce matin environ 20 mille tonnes de rognure d’ongles sont tombées par terre. Ce matin un atrabilaire c'est fait de la bile pour une biche. Ce matin un charentais a été retrouvé étouffé par une babouche. Ce matin 418 chemises ont été tâchées par du dentifrice. Ce matin un boulanger s’est encore soulagé dans son pétrin. Ce matin une vénézuélienne vierge a mangé deux croissants avariés. Ce matin j'ai bu un thé. Ce matin j’ai encore rien foutu de ma matinée…

Lire la suite...


Wine more time

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

carte-des-vins3.jpgAujourd’hui, je vais m'attaquer à un problème dur et épineux, pas les cactus, pas ma belle-mère, encore moins la libido de l'Ermite, mais la carte des vins au resto. Le pavé de bœuf est lancé dans la bagarre, l’entends-tu faire un gros coin-coin dans la mare? Quand je mets un pied, généralement les deux, dans un nouveau resto, ce qui me fout les miquettes, ce n'est pas de mal manger, très souvent ça se passe pas trop mal, c’est l'angoissante perspective de plonger dans l'abîme d'une carte des vins et de me noyer dans le médiocre. C'est d'avoir la désagréable impression qu'on me fouette avec des orties fraîches, qu'on m'oblige à boire de l'urine de hyène en me faisant écouter, en boucle, l'intégrale de Jean-Louis Murat. Le problème avec l'inconnu, c'est qu'on le connait très mal.

Lire la suite...


Litre et le néant

dans la catégorie Notre vin quotidien

spam.jpgJe suis moi-même, très souvent, confronté au syndrome de la page blanche, mais j'ai développé une technique infaillible pour y remédier. Non, mon vieil Ermite, il ne s'agit pas de peindre ma page en rouge ou en blanc, encore que ce soit deux couleurs primesautières, mais, à l'instar des sites de développement personnel qui sont un peu ce qu’on a fait de mieux sur internet depuis les blogs sur les chatons, d'écrire pour ne rien dire. C'est simple, il suffit de hiérarchiser son travail, sinon c'est l'escalade de la tour infernale, un post sur l'Ermite, un post sur le Boukistan et un sur les pandas roux, y ajouter une pincée de langue de pute et quelques saillies drolatiques et recommencer en bouclette. Simple et efficace! Du coup, il me suffit d'écrire "Longtemps, je me suis couché de bonne heure, puis dériver sur les pandas, et, le syndrome de la page blanche devient, ce que les Anglais appellent un faux problème, et bien trop souvent, nous nous cachons derrière de faux problèmes, alors qu’on ferait mieux de se coucher de bonne heure.

Lire la suite...


Déroute et désembouteillage sur la route des Vacances

dans la catégorie Rencontres Officielles

N7.jpgCela ne t'a surement pas échappé, c'est l'été, c’est les vacances, le soleil darde ses rayons mordorés, une petite brise soulève les jupes des filles et laisse entrevoir piercings et chattes rasées. Tu décides de donner quinze jours de congé à ta conscience écologique et de sillonner les routes de France et de Navarro au volant de tes fidèles 8 chevaux. Mais attention, partir sur les routes de France nécessite une préparation minutieuse pour d'éviter les pièges inéluctables que va te tendre cette chienne de route des vacances, à savoir: le bouchon et le raccourci. Des pièges d’autant plus malin qu’ils se cachent souvent sous des traits familiers pour te prendre dans ses rets retors. Même avec une préparation des plus sérieuse, même avec la volonté farouche de suivre le plan prévu, on est jamais à l'abri de moumoune qui se réveille et dit: "on devrait essayer de sortir à Fourrequeux la longue, la route est plus belle et les paysages plus sympa". Tu sens bien que l'idée est aussi bonne que des tripes à la morue et pastis, mais tu veux être agréable, cool, du coup, tu décides de tenter l’Aventure avec un grand A. Et là, c’est le drame avec un grand D.

Lire la suite...


Samba et MouZika à Rio

dans la catégorie Inclassables mais classés

bikini-882640_960_720.jpgJe ne sais pas si ça se sait, mais c’est bientôt que débutent les Jeux Olympiques des moustiques de Rio et tu n'as pas encore répondu à la question fondamentale: Mais au fait, à quoi ça sert, au juste, des Jeux Olympiques ? Si tu poses la question, comme ça, à brûle pourpoint, c'est que tu dois hésiter entre l'idéal sportif, la cohésion nationale et une soirée bière pistache cacahouète. Premièrement, il est inutile de brûler un pourpoint pour si peu. Deuxièmement, l'idéal sportif c'est une blague depuis que Franck Ribéry est apparu dans une pub pour Nike. Troisièmement, cette histoire de patrie, de cohésion, certains prennent ça encore au sérieux, mais tout de même, si la semaine prochaine, un inconnu pratiquant le pentathlon moderne finit troisième d’un sport que je ne suis pas sûr de bien comprendre, est-ce que vraiment je suis obligé d’aller me jeter dans les bras du premier épéiste venu? Pour ma part, les pistaches, les cacahouètes et une bière bien fraiche me paraissent plus appropriés à la situation, surtout pendant la compète de Bitch volley féminin.

Lire la suite...


Le cri de l'andouillette le soir au-dessus des jonques

dans la catégorie Notre vin quotidien

andouillette.jpgIl y a quelques jours, j’ai reçu une demande pour écrire un truc drôle, léger, pétillant. Ok, ai-je opiné du chef. Mais sur quel sujet? Le Champagne, ça pétille et c'est léger, la mort, ce n'est pas drôle, alors quoi? Comme je ne suis pas du genre à ficher ma langue dans ma poche, ce qui est, si on y réfléchie bien, quand même relativement casse gueule d’un point de vue strictement physique, du coup, tout en faisant un gros fuck à la mort, je me suis dit que, comme j'étais en Champagne, l'andouillette, ce serait bien. Pour certains, traumatisés par leurs phobies et terreurs infantiles, cette chose, grasse et oblongue qui baigne dans sa sauce, l’odeur, la forme, c'est sûr, c'est de la merde. Pour eux, l’andouillette c’est comme bouffer un cul, mais sale et sans prendre de plaisir. Aucun intérêt. Pourtant, on peut admirer l'anatomie de la bête, les détails, le plissé des boyaux, la belle couleur blanc rosé de la chair. La ville de Troyes et l’andouillette sont liées depuis plus d’un millénaire, même s'il est difficile de situer l’origine de l’andouillette. On sait qu’en 1475 apparut dans la capitale historique de la Champagne la corporation des charcutiers, qui détenait le privilège du porc cuit. Certaines anecdotes attestent l’existence de l’andouillette, présente à la table des soldats de troupes comme à celle de François Ier. Quant à son nom, est-il rattaché à celui de l’abbé Saint-Loup, nommé Guillaume Andouillette, qui vécut au XV e siècle? Nul ne peut l’affirmer. La recette de l’andouillette de Troyes constitue un autre mystère, bien que l’on en connaisse les composants: chaudins et estomacs de porc coupés en lamelles et embossés (introduits) sous boyau de porc. Après ajout de sel, poivre et assaisonnement (herbes et épices), l’andouillette est cuite 5 heures dans un court-bouillon aux légumes. Je préférerai toujours une belle andouillette qui pue du cul, un tablier de sapeur, un aligot, des tripes fumantes, un rognon madère, un foie même pas gras, un cassoulet fuligineux et pétaradant à n'importe quel hamburger, même gastro! L'andouillette, c'est comme une petite bouffée de vieux prouts, qu'on a gardé, pour le soir, à la fraiche, au-dessus des jonques.

Alain Voge Cornas Vieilles Vignes 2000Voge_Cornas.gif

Nez de fraise, de framboise, de mûre, d'épices, de violette, un peu de réglisse, de sous-bois et de fourrure. La bouche est superbe, une acidité bien intégrée, une rondeur avenante et des tannins soyeux. Une longue finale sur les épices pour finir en beauté ce très beau Cornas. Excellent

Robert Michel St Joseph "le Bois des Blaches" 2000

Un nez élégant, très floral, avec du cassis, des épices, de la réglisse, une touche de terre humide, humus et un petit côté bonbon à la violette. La bouche est souple, les tannins sont parfaitement intégrés, l'acidité présente et la longue tout à fait acceptable. Très bien


Cucu-rriculum Vinae

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

cv.jpgLa semaine dernière, dans un but purement alimentaire, j’ai été dans l'obligation de me dévoiler pudiquement, de faire face à la déplaisante, l'ingrate et poussive besogne qui consiste à présenter, organiser et condenser, en quelques lignes, sur un papier ivoirin, ma trop longue vie professionnelle. Il parait que ça s'appelle un Curriculum Vitae. Je suis un flegmatique détaché des choses matérielles de ce monde mesquin et cupide, cet exercice est, pour moi, un calvaire qui heurte mes sentiments de poète, de versificateur, même si mes vers sont plus des verres que des verts. Alors que je me désolais de ne pas me souvenir du nom exact de ma première maîtresse, mon esprit espiègle se mit à folâtrer, oubliant mon prochain entretien avec ce type, que j'avais rencontré lors d'une dégustation chiante comme un jour sans vin. De prime abord aimable, le type, pas la dégustation, c'est avéré quelque peu inquisiteur et la rencontre avait rapidement pris l’allure d’un entretien d’embauche. J’avais eu la désagréable impression, sous l’avalanche de questions dont il me submergeait, de postuler pour un job de vinificateur chez Petrus. Il est fort regrettable que je n’ai pas eu à ma disposition un CV à lui coller dans le cul ou le pif, afin qu’il puisse éplucher plus en profondeur mon historique vineux et se faire une idée plus précise de mes compétences. Voilà donc pourquoi j’ai finalement décidé de mettre à exécution mon projet et d’écrire mon CV afin qu’aucune future rencontre, dans une dégustation glauque, avec un con confrère ne me fasse passer pour un amateur perturbé et sous-qualifié.

Lire la suite...


Boule de luxe, grandeur et des carences

dans la catégorie Inclassables mais classés

349863-431757.jpgLe pétulant Gégé et le volubile Jojo, également appelé le couple Gégé-Jojo, ont une passion commune, la pétanque, aussi appelé les boules qui foutent les boules, eu égard à leur niveau boulistique déplorable. Pour te donner une échelle de grandeur, disons que c'est plus affligeant qu'un épisode de Julie Lescaut, plus effrayant que le train fantôme, plus consternant qu'un film de Besson, plus insipide qu'une chanson de Pascal Obispo, plus agaçant qu'une interview de Christine Boutin qui parle d'Éric Zemmour et plus énervant qu'un "humoriste" qui rit de ses propre blagues. Tu vois l'étendue du désastre. Eh bien, c'est pire! Les deux jobastres ont eu l'outrecuidance de me défier en duel, moi le Mozart du cochonnet, le Michel-Ange du carreau, le Picasso du devant de boule, les faisans!

Lire la suite...


Quand je pense à Fernande, je Bandol

dans la catégorie Notre vin quotidien

petitbobofernande.jpgJ'ai des manies de vieux garçons, j'ai pris l'habitude d'agrémenter ma solitude d'une mâle ritournelle, la Bandolaison papa, ça ne se commande pas. Quand je pense à Fernande, j'ouvre un Bandol. Et même un vieux Bandol! Un vieux, un Bandol mûr, à point, on peut le dire de différentes façons, mais le Bandol se pratique vieux, tant ces vins sont capables de s’arrondir, de s’épanouir, de gagner en complexité au fil du temps. Personnellement, je n’ai pas peur de vieillir, même pas une petite appréhension quant au maintien de mes capacités mentales, dans la mesure où elles se sont barrées il y a déjà pas mal de temps. Pour les grands Bordeaux, pour les grands crus de Bourgogne, pour les Madiran, les Châteauneuf, les bons vins en général, dix ans est un marqueur, un repère, un point de référence. Avant, il est difficile de se faire une idée précise du potentiel du vin, émettre un jugement définitif, tirer des conclusions péremptoires.

Lire la suite...


Zymase et Kevinade, deux profs de chimie nous mettent en examen

dans la catégorie Rencontres Officielles

Physique_Ou_Chimie_logo.svg.pngNous sommes chanceux, très chanceux même, en cette période d'examen, nos deux pervers pédagogues, nos deux sérials éducatueurs, nos deux gonades préférés, ont pris sur leur temps de correction, leur temps de châtiment notatoire, pour nous concocter une chtite soirée de chimie du vin. Il faut bien reconnaitre que ces deux là ont l’art de susciter des vocations de pilier de comptoir. Je vais donc, aidé de la sainte taxe et de lortho agrafe, vous narrer leur présent quotidien. Lorsque des gens de leur espèce corrigent des copies, ils commencent toujours par maudire la terre entière devant la nullité consternante de leurs petits protégés. Ceux-ci n’ayant, une fois de plus, pas su saisir la substantifique moelle des prodigieux enseignements conférés par ces instructeurs irréprochables, que c'est tous des morveux, que rien ni personne ne pourra les faire dévier de la voie royale vers la nullité abyssale.

Lire la suite...


Independence day, live and let die

dans la catégorie Humeurs et gueule de bois

1096737428.jpgÇa y est, ils ont filé à l'anglaise… Va falloir reboucher le tunnel sous la manche. Les Rosbifs ont choisi de quitter l'Europe. C'est une défaite pour l'Europe, pour la démocratie, l'humour et le football, mais c'est une putain de bonne nouvelle pour la gastronomie. Ce référendum ne portait pas seulement sur le maintien ou non du Royaume-Uni dans l'Union européenne. C'est aussi, et peut-être davantage encore, un vote sur la nation britannique, ce qui unit est-il toujours plus fort que ce qui sépare? Faut croire que non. L'Europe part en couille, elle se lézarde, un peu partout, en Espagne ou en Belgique, plus sournoisement en Pologne, aux Pays-Bas et même chez nous... Que plus d'une moitié des électeurs britanniques soient prêts à dissoudre leur nation, par rejet du projet européen, en dit long sur le cheminement des esprits. Pourtant, l'Europe leur allait plutôt bien, depuis 1973, leur richesse par habitant a progressé plus rapidement qu'en France, en Allemagne et en Italie ?

Lire la suite...


Crime glacé, le silence des bigorneaux

dans la catégorie Notre vin quotidien

ermite_vintage_card.jpgAlain Delon disait qu'un ami, c'était quelqu'un qui pouvait répondre à son meilleur ami, qui vient de lui annoncer qu'il a buté un mec : "où est le corps ?". De cette maxime dont les raccourcis ont l'air ma foi conséquents, j'ai l'impression que mon pote en a fait un mode de vie. Mon pote, c'est l'Ermite, ancien pétomane de profession mais qui en a aussi fait un loisir. Il ne supporte pas de perdre, encore moins contre des Lorrains et encore moins contre des Lorrains qui ont la gueule toujours béantes. Un jour qu'il revenait d'une partie de pétanques bien arrosée, il se dispute pour la énième fois avec le vilain Lorrain au sujet d'un Roumain, d'un grille-pain, d'une glace chantilly aux bigorneaux, je sais plus bien. Un gonze normalement constitué aurait sorti son Opinel, son fusil à pompe ou une étoile japonaise et aurait essayé de le buter et ben non, l'Ermite est un esthète, non conventionnel de surcroît, il a fait ça avec une coquille de bigorneaux et il a fini le travail avec une pince à escargots. Quand l'Ermite m'a appelé et m'a dit ce qu'il avait fait, j'ai repensé à la phrase de Delon et je lui ai dit: démerde-toi!

Lire la suite...


Remets ton slip, gondolier et t'assieds pas sur le compte-gouttes

dans la catégorie Rencontres Amicales

wine-tasting-notes.jpgA partir de maintenant, je vais me tailler la part du lion, j’ai été promu, comme un bel enfoiré sans scrupule que je suis. Aujourd'hui, j’ai craché sur pas mal de mes principes, mais, à moi les billets, à moi les grands Bordeaux, à moi les belles bagnoles et les putes de luxe! Finito les chemises Jules, les caleçons Leclerc et les jeans Auchan. Au début, c’est normal d’avoir des principes, mais les principes au final, c’est le luxe des pauv’gens, à la fin, c’est tout ce qui leur reste, les principes. Moi, au départ quand je suis rentré dans le milieu de la déguste, c'était avec des prolos, on se tapait des Languedoc bon marché et parfois, un 3è cru de Bordeaux pour faire comme les richoux. Mais ça, c'était avant que je me fasse limoger comme une caravane de romano, avant d'avoir du temps pour glander comme un prof, avant que je rencontre Régis. Un drôle de personnage le Régis, sans la découverte des sulfamides, il vérolait toute l'Alsace, il est toujours professeur de langues mortes, même s'il ne pue pas de la gueule pour autant, mais avant tout, il est dealer de vieux bordeaux pour vieux chinois en manque de gout. Ledit Régis, m'a invité, dans la haute, avec JeanDa, à une méga déguste de grands Bourgogne. Une déguste que j'attendais avec l'impatience d'un puceau devant une professionnelle du gland

Lire la suite...


- page 1 de 106